blog2blob

Flexion, réflexion, boîte de thon

Posts Tagged ‘cate blanchett’

Benjamin Button ou l’étrange histoire d’un film étrange

Posted by blog2blob sur 16/02/2009

D’abord, en regardant ce film j’me suis vu dans Brad Pitt…

Ca peut choquer pour ceux qui connaissent ma tronche mais, sérieux, je m’y suis vu. Ce mec qui rajeunit en vieillisant c’est l’histoire de ma vie. L’histoire d’un mec à qui on donne le même âge depuis l’âge de 18 ans….trop bien, surtout quand on ressemble pas du tout à Brad Pitt, qu’il ait 18, 45 ou 82 ans… 

Blague à part, ce film rentre dans la catégorie des films qui ont la pression pour des cinéphiles comme moi. Je kiffe tout ce qu’a fait Fincher (Fight Club, Seven et Zodiac pour faire vite), presque tout ce qu’a fait Brad, et j’ai (grave) kiffé le couple Pitt-Blanchett dans Babbel. Qui plus est, j’ai le défaut de lire pas mal les critiques avant d’aller voir un film et je connaissais donc le sujet bien comme il faut : ça sentait bon quoi…

Sauf que…

Le début sent la vieille viande faisandée (vous me direz c’est normal, ça se passe dans une maison de retraite), c’est long, il fait chaud dans la salle et Brad Pitt en vieux moche on a du mal à y croire, c’est plein de bons sentiments Obamaniens (et pourtant, chui comme tout le monde, je le kiffe ce mec) : le monstre adopté par des blacks et élévé par des vieux bienveillants…

C’est avant que le vieux en question rajeunisse et prenne son envol. Là Pitt commence à ressembler à Pitt, Blanchett commence à ressembler à une femme désirable et le film commence à faire sérieusement vibrer…et faire réfléchir des jours après. Un excellent film donc.

Des sceptiques? J’en ai entendu à la sortie de la salle. Ben pour les convaincre rien de mieux qu’une deuxième lecture. Parce que l’histoire du film est encore plus forte que le film lui même : une nouvelle écrite dans les années 20, un film resté 17 ans dans les cartons faute de scénario, production, casting et surtout effets spéciaux suffisants (vieillir on a toujours su à peu près faire avec un peu de plâtre et de fond de teint, mais pour rajeunir…) …et voilà t’y pas que Fincher s’en mêle aidé par un patron de gros studio en quête de légitimité.

Et on l’a notre bonne grosse machine à succès. Le navire insubmersible qui marche sur les pas du Titanic. La love story qui finit avec une vieille qui meurt en souriant. Et voilà que je re-serre les dents pour pas chialer…

Normal, c’est Hollywood mec !

Posted in Films | Tagué: , , , | Leave a Comment »